[TEST] Eastward – Nintendo Switch

[TEST] Eastward – Nintendo Switch

24 juillet 2022 0 Par Altris

Hello à toutes et tous !

Nouveau test et nouvelle aventure que j’ai pu vivre sur Nintendo Switch grâce à Just for Games ! Merci encore à eux ! Cette aventure de type A-RPG va nous transporter dans un monde au croisement de « The Legend of Zelda » et « Earthbound (Mother) ». Une aventure ou le monde est au bord de l’effondrement … mais je vais vous parler de ça plus en détails dans la suite du test. Installez vous tranquillement et prenez votre temps, nous partons vers l’Est (et je parle pas de l’Alsace).

 

La ruée vers l’Est

Dans ce titre, vous incarnerez John et Sam, deux habitants de l’île Cocotte. Une ile minière située sous terre, éloignée du monde extérieur. Nos deux héros, John, un probable quadragénaire et Sam une petite fille recueillie par ce dernier dans leur village loin du miasme. Un mal qui à envahit le monde et qui empêche les habitants de l’île Cocotte de profiter du reste du monde. Mais un jour, la jeune Sam persiste à dire que le monde extérieur est magnifique et que le miasme n’existe pas. Suite à de nombreuses péripéties, notre duo va se voir être banni de l’île et va entamer un long voyage vers l’Est.

L’histoire nous porte dans une aventure à la fois dépaysante et une initiation dans un monde qui a été caché aux yeux des habitants de l’île Cocotte. Le monde que nous découvrons nous fera visiter de nombreux biomes et personnages. Des souterrains, à la nature en passant par des villes au bord de l’extinction, le voyage nous fait bien comprendre qu’une menace n’est pas loin et que nous ne voyons qu’une partie l’iceberg au début de l’histoire.

Nous nous accrochons vite aux personnages que nous rencontrons et leur train de vie nous surprendra toujours de ce que nous avons pu vivre à l’île Cocotte. Toutefois, à certains moments de l’histoire, celle-ci traine un peu en longueur et peut nous faire décrocher. J’ai du m’y reprendre à plusieurs fois, en faisant des pauses pour enfin me replonger dans mon aventure.

 

« C’est l’Eastward de la vieeeee » (merci Just for Games pour ce jeu de mot)

Comme dit lors de l’introduction, Eastward nous guidera dans un jeu qui est au croisement de The Legend of Zelda et Earthbound. The Legend of Zelda dans son gameplay et Earthbound dans son ambiance. Dans ce titre, vous incarnerez à la fois John et Sam. Un peu comme dans les titres Mario et Luigi, vous pourrez switcher de l’un à l’autre pour profiter des caractéristiques de chacun. John sera celui qui utilise les outils et le combat au corps à corps, Sam sera celle qui utilisera ses pouvoirs télékinétiques pour affronter les adversaires et résoudre de petites énigmes. Chacun des personnages recevra des évolutions dans leur manière de combattre et permettra d’avancer dans les différents « donjons » que le jeu propose.

Je met donjon entre guillemets car ceux-ci sont des extensions des villes que vous allez visiter et vous ne saurez pas trop à quel moment vous switchez d’un environnement saint à une environnement périlleux (à part via la couleur des coeurs de vie). L’exploration se fera librement comme dans un Zelda et vous pourrez échanger avec de nombreux personnages tous aussi originaux les uns que les autres. D’ailleurs, certains m’ont fait penser, au niveau du design, à des personnages de la série Gravity Falls. Une fois dans les environnements périlleux, vous aurez de nombreuses énigmes a résoudre ainsi que des ennemis à affronter. Tout cela, à la manière d’un Zelda, via des objets que vous débloquerez peu avant. Dans le même principe, nous aurons a utiliser le dernier objet obtenu pour avancer au mieux dans les énigmes. Les combats quant à eux sont aussi sur le même principe que Zelda, vous vous déplacez et attaquez librement (avec des coups simples et des coups chargés).

Vous aurez aussi beaucoup de quêtes annexes qui seront souvent représentés sous forme de mini jeux ou alors même sous forme d’un jeu annexe au titre principal (je parle notamment du Dragon Quest like que vous pourrez jouer). L’univers de Eastward incorpore d’autres univers propre aux différents personnages et cela étoffe grandement la vie du jeu et l’incursion dans celui-ci. Le jeu comporte même un « mini jeu » de cuisine qui vous permettra de faire le plein de bons repas qui vous remonteront la vie mais aussi d’autres caractéristiques, un peu comme dans un Zelda Breath of the Wild.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le reste du jeu sera tout à fait standard comme beaucoup d’autres jeux que vous aurez pu faire autre part. Il faut dire que cela fonctionne et que chercher à casser ce standard du jeu vidéo, ne servirait pas à grand chose. Je pense que le grand intérêt du jeu est dans l’écriture de celui-ci et dans la manière d’apporter le scénario. Suite à cela le côté artistique du jeu est aussi intéressant, mais je vais vous en parler dans la partie suivante.

 

Sous le ciel Est-oilé

Eastward possède une direction artistique que j’aime beaucoup. Non seulement nous nous retrouvons face à un jeu ayant un pixel-art aux petits oignons, autant la musique est parfaitement maitrisée. Revenons déja sur le côté graphique du jeu. Cela fait longtemps que je n’ai pas pu profiter d’un titre aussi bien réalisé graphiquement parlant. Bien que nous ne voyons pas forcément les expressions faciales de tous les personnages, le reste des animations (que ce soit in game ou dans les cinématiques) me fait beaucoup penser à l’âge d’or des jeux de la Super Nintendo. Les personnages sont très bien conçus et nous nous accrochons très rapidement à notre duo d’aventurier en herbe. Les décors regorgent de petits détails qui rendent l’univers réaliste et parfois même quelques easter eggs bien cachés dans l’écriture ou les dessins.

Concernant le côté musical, les musiques sont bonnement réalisé, malgré que ceux ci ne suivent pas l’époque de l’ère 32 bits. Toutefois, la musique est à la fois entrainante, à la fois mélancolique. Chaque moment du jeu est souligné d’une environnement musical qui accentuera les sentiments que nous pourrons avoir, qui sont pour la plus grande partie du temps pas très joyeux. La composition soulignera l’environnement visité et accentuera l’impression que nous ne sommes pas toujours à notre place dans notre périple.

Enfin, le jeu s’ouvre sur une cinématique finement réalisé sous format d’un dessin animé et qui vous retracera quelques éléments clés de votre aventure. Je vous déconseille donc vivement de la regarder si vous ne voulez pas vous spoiler votre aventure. Mais une fois que vous aurez bien avancé, laissez vous porter par cet « opening » qui vous fera revivre votre aventure !

 

Au final, j’en pense quoi ? (Et puis j’ai plus de blague avec l’Est …)

Au final Eastward est une excellente surprise. Je pense même que ce sera l’un de mes jeux clé de l’année. J’ai passé vraiment du bon temps dessus et je ne suis plus très loin de la fin au moment ou je vous écris ces mots. Je vais me prendre le temps de le finir un peu plus tranquillement et profiter de mes derniers moments avec John et Sam.

Concrètement si vous aimez la saga de jeux Zelda, Eastward est un excellent titre pour tous les nostalgiques de l’ère Super Nintendo. Toutefois, même si vous êtes un petit nouveau, ce titre vous parlera. Il faudra toutefois aimer la thématique de fin du monde et de vagabondage car votre aventure ne vous laissera jamais longtemps au même endroit. Les personnages principaux de la trame scénaristique deviennent vite attachants et vous souhaiterez savoir quel sera le dénouement à toute cette odyssée.

Concernant la partie artistique, j’ai été agréablement surpris de la direction artistique que le titre propose. Clairement nous sommes dans l’hommage des grands jeux de l’époque Super Nintendo avec des musiques un peu plus développées qu’à l’époque. Bien que le design de certains personnages soit un peu bizarre, nous nous accrochons vite à ces design qui nous fera vivre une grande épopée.

Je vous conseille vivement de tester Eastward si vous aimez les action RPG d’environ 20h… sinon donnez lui une chance quand il sera moins cher car l’aventure vaut le coup !

 

 

Eastward

7.7

Histoire

7.0/10

Gameplay

7.0/10

Graphismes / Musiques

9.0/10

Aspects positifs

  • Des graphismes dignes de l'époque SNES qui provoque une certaine nostalgie
  • Une musique douce et agréable
  • Un gameplay proche d'un zelda SNES
  • Une bonne durée de vie (env. 20h)

Aspects negatifs

  • L'histoire qui subit certaines longueurs