Mon parcours vidéoludique

Mon parcours vidéoludique

7 janvier 2020 2 Par Altris

Hello moussaillon !

Bonne année à toi et surtout, j’espère que tu t’es bien reposé durant les fêtes de fin d’année, car cette année on va explorer encore plus de contrées non connues. Tu vas devoir travailler encore plus dur hahahaha.

Pour bien commencer cette année, je vais te parler un peu de mon parcours vidéoludique. C’est vrai qu’en fin d’année dernière, j’ai fait beaucoup de sujets non personnels. Mais je me rattrape maintenant en commençant bien cette année.

Aujourd’hui, je vais vous parler de mon parcours vidéoludique. Car oui mon histoire est plutôt longue et je vous parlerais aussi des types de jeux vidéo que j’aime bien. Installez-vous tranquillement et profitez de cet article.

 

Tout commença très jeune …

On va faire un petit jeu ! Avant de lire la suite de cet article, à quel âge pensez-vous que j’ai commencé à jouer aux jeux vidéo ? Petit indice : avant 10 ans.

J’ai commencé très jeune, plus précisément à 2 ans et demi. C’est ma marraine qui m’a mis lors d’une soirée avec des amis devant une Nintendo NES et le jeu Bugs Bunny : Birthday Blowout

Alors pour pas vous mentir, à 2 ans et demi j’étais loin d’être un PGM et je pense que je n’ai jamais terminé le jeu (et d’ailleurs je ne suis toujours pas un PGM). Mais ce fut mon premier souvenir de jeu vidéo. Ce qui est dingue, c’est l’un de mes plus lointain souvenir. Ce fut aussi une grosse erreur de la part de ma marraine car depuis ce jour-là, j’ai toujours adoré avoir une manette de jeu entre les mains.

Suite à cela, je me suis vu légué cette fameuse NES (qui est retourné plus tard chez ma marraine), un de mes cousins m’a offert la Sega Master System et enfin mon parrain m’a offert, si je ne me trompe pas (mais sur cette partie-là je ne suis vraiment pas sur), une commodore. Alors oui, clairement j’ai eu une machine plus vieille que la NES et qui fonctionnait avec des cassettes. Les bandes ressemblaient beaucoup à des cassettes audios qu’on à avait à l’époque (et que j’utilisais pour enregistrer les musiques que j’adorais à la radio). Je n’ai pas beaucoup joué avec la commodore car elle ne fonctionnait pas très bien et il fallait beaucoup de temps pour afficher les programmes.

Bref, j’ai vécu ma plus petite enfance avec les futures icônes du jeu vidéo qu’ont été Mario, Sonic et Link. J’ai aussi eu le droit à l’époque, à la fameuse console portable dévoreuse de piles : la Game Gear. Ma vraie première console portable avec qui j’ai pu passer de nombreux trajets à l’arrière de la voiture de mes parents. Avec le recul, on aurait pu investir dans des actions chez Duracell vu le nombre de piles que j’ai pu consommer lors de mon enfance.

 

L’âge de grandir

Cet homme n’a pas eu une console populaire, la 3ème vous étonnera … Ahem pardon. Mais il faut que je vous avoue quelque chose : je n’ai jamais eu la Super Nintendo (SNES). Malgré le fait que j’adorais jouer, mes parents n’ont pas eu l’argent pour acheter cette console. Du coup j’allais passer de nombreuse après-midi chez des copains pour jouer a leur console. Donc oui, je n’étais pas un enfant qui jouais ou faisait du foot. Mais je passais beaucoup de temps dans mon monde, quitte à ne pas aller jouer à la console chez des amis.

J’ai longtemps joué aux lego et aux consoles que j’avais. Puis vint le temps de la première Playstation. Je l’ai eu très peu de temps après sa sortie. Mes parents avaient envie de me donner la possibilité de tester de nouveaux jeux. Alors oui, parmi mes copains, j’étais le premier à l’avoir. Donc du coup, pas mal de gens passaient à la maison pour jouer à la Playstation.

J’ai commencé à gouter aux joies de la Playstation avec Crash Bandicoot, puis une grande série de jeu tous plus ou moins connus : Time Commando, Pandemonium, WipeOut. Puis vient mon premier amour dans la gamme des RPG : Final Fantasy 7.

Anecdote assez drôle, j’ai demandé celui-ci pour mon anniversaire et ma mère à dû faire une dizaine de magasins pour le trouver car non disponible nulle part là ou j’habitais. Je l’ai reçu finalement 1 semaine après sa sortie, mais vu qu’Internet n’existait pas, pas de risque de spoil. C’était quand même beau cette époque où nous n’avions pas cette épée de Damoclès avec les réseaux sociaux aujourd’hui.

Suite à ça, j’ai commencé à gouter à d’autres séries qui m’ont suivi de nombreuses années : Metal Gear Solid, Resident Evil, Street Fighter. Bref, mes madeleines de Proust et qui encore aujourd’hui, me font super envie quand ils ressortent.  D’ailleurs en parlant de Resident Evil, j’ai une autre anecdote très marrante sur ce jeu. Je me rappelle avoir acheté le premier jeu en brocante. Je l’avais mis dans la console et je suis arrivé jusqu’au premier zombie dans le petit couloir. J’ai vu la cinématique et je n’ai pas osé rejouer à ce jeu pendant 2 ans.

En parallèle, Nintendo annonça sa Nintendo 64 auquel je suis tombé amoureux. Amoureux mais avec peu de jeu. En effet, les jeux étaient très difficiles à trouver ou j’habitais et je n’ai eu que les jeux grand public : Smash Bros, Mario 64, Lylat Wars, Goemon, F-Zero et autres joyeusetés. Je n’arrive plus forcément à toutes les cités, mais ceux cités auparavant, sont mes plus beaux souvenirs de la Nintendo 64.

Peu de temps après, j’ai pu m’acheter ma première Game boy. C’était une Game boy pocket … rose ! Alors oui, au moment où je voulais en acheter, c’était le seul coloris disponible dans le magasin qui le vendait chez moi. Je n’ai pas bronché et j’ai quand même pu jouer à de nombreux titres, même en retard. A moi les joies de Pokemon, Super Mario Land 2, Wario Land. Bref, j’avais peut-être un peu la honte d’avoir une Game boy rose, mais au moins les amis se rappelaient que je l’avait. Et ils étaient plutôt content de pouvoir échanger des Pokemon avec quelqu’un qui avait tous les pokemon de la version rouge.

 

Nouvelle génération

Les années passèrent et voilà la console qui fut celle la plus vendue sur Terre : la PS2. C’est aussi la première console ou j’achetais la majorité des jeux avec mon propre argent de poche. Mais aussi la console qui à vue ma débauche d’achat débuter. Oui j’ai eu une très grande collection de jeux, dont certains que je n’ai jamais joué … J’ai honte de ne pas avoir jouer à certains titres. Mais l’avantage, c’est que j’ai conservé l’ensemble de ma collection. Je l’ai toujours dans une caisse avec tous les jeux.

C’est aussi avec cette génération que j’ai découvert mon jeu du coeur : Kingdom Hearts. Je ne vais pas vous refaire toute l’histoire car je vous l’ai déjà raconté dans cet article « Mon addiction à Kingdom Hearts« . Je pense que ma culture vidéoludique c’est vraiment élargi à cette période-là. J’ai accepté les différents types de jeux et surtout j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire du jeux vidéo.

J’ai plusieurs anecdotes concernant la PS2. Toutes les raconter me prendrait énormément de temps. Mais je crois qu’elle m’a suivie souvent lors de nombreuses vacances avec mes parents. Je me rappelle encore d’avoir essayé jouer à Metal Gear Solid 2 alors que j’étais complètement pompette pour ma première fois. J’avais bu quelques « Smirnoff » allemandes (qui soit dit en passant sont beaucoup plus fortes qu’en France à l’époque) et je comprenais pas pourquoi j’avais mal aux épaules. Bref, mon souvenir de Metal Gear Solid 2 restera longtemps dans ma tête. MGS2 = première cuite.

À la suite de ça, est venue le projet Dolphin de chez Nintendo : la Nintendo Gamecube. La Gamecube a été une console plutôt pauvre pour moi. Je n’ai pas eu beaucoup de jeux. Mais les quelques jeux que j’avais étaient vraiment top. J’ai principalement jouer à The legend of Zelda : Wind Waker, Starfox Adventures, Smash Bros, Luigi’s Mansion. Vous allez rigoler, mais je n’ai jamais eu Super Mario Sunshine. J’ai eu 2 souvenirs mémorables de cette console, un bon et un mauvais. Commençant par le mauvais, j’avais prêté un jour mon exemplaire de Starfox Adventures et … j’ai retrouvé mon jeu brisé en deux avec la pochette complétement déchiquetée. Quand j’ai demandé que mon jeu soit remboursé, le seul truc que j’ai eu c’est un bon gros doigt devant mon visage.

Le bon souvenir concernant la Gamecube, c’étaient les parties avec mes amis sur Final Fantasy Crystal Chronicles. Et surtout la Gameboy Advance. Car oui, j’ai aussi eu la Gameboy Advance.

Elle m’a principalement servie quand j’étais plus jeune lors du catéchisme. Car je n’écoutais pas, je jouais sous la table avec mes amis sur Mario Kart. C’est une console sur laquelle j’ai pas mal jouer. J’ai découvert les Golden Sun et certains des vieux Final Fantasy. Mais … pas des épisodes Pokemon. Oui j’ai eu une période où je n’ai pas acheté d’épisodes de Pokemon. Plus précisément, je n’ai plus joué de Rubis/Saphir jusqu’a Pokemon Noir et Blanc. J’ai donc sauté quelques générations. Le retour fut bizarre sur Nintendo 3DS.

D’ailleurs, je vais clôturer cette période de ma vie avec la DS. Je me la suis achetée et … Je n’ai pas acheter beaucoup de jeux. Pour la seule et bonne raison c’est que j’ai acheté un Linker. A moi tous les jeux que je souhaitais sans devoir débourser le moindre centime. J’ai d’abord eu la DS Fat, puis une DS XL. J’ai donc profité de milliers de titres en ne déboursant rien. Tip : ne faites pas ça, ça détruit l’industrie du jeu vidéo. Mais bon, grâce à cela, j’ai pu agrandir ma culture vidéoludique. J’ai adoré jouer aux Professeur Layton principalement. Mais beaucoup de RPG m’attendaient aussi grâce au linker.

 

Passons à l’âge adulte

J’arrive maintenant à l’époque ou j’achetais mes consoles seul. Sans aide de mes parents. J’ai donc commencé par la famoso … WII ! Et celle-ci fut un parcours du combattant pour moi. Car pour ceux qui voulaient l’acheter à sa sortie en France … Rappelez-vous … La pénurie de console …

J’ai dû traverser la frontière et aller voir chez nos collègues allemands pour acheter une console. Ma WII était allemande. J’ai aussi commencé sur cette console avec une de mes sagas préférées : The Legend of Zelda : Twilight Princess. Pour moi ce fut tout un nouveau monde qui s’ouvrait à moi avec le motion gaming. Et comme pour la DS … Je l’ai cracker. Oui, étant étudiant, je n’avais pas forcément l’argent pour acheter tous les titres qui me plaisaient. J’ai donc dû me tourner vers l’installation d’une puce pour jouer à des jeux gravés. Mais cela m’a permis de vraiment agrandir ma culture vidéoludique au point d’avoir eu un catalogue WII gigantesque : pas loin de 100 jeux.

Mais, les vraies nouveautés se passaient du côté de chez Sony pour tout ce qui était graphismes et jeux plus matures. La sortie de la PS3 slim fut une aubaine pour moi et pour m’acheter cette console. Je ne sais plus exactement quel fut les premiers jeux auxquels j’ai joué sur cette console, mais ma ludothèque est plutôt bien fournie. J’achetais principalement mes jeux en Angleterre car ils étaient beaucoup moins cher et l’import ne coûtait rien. En tout cas, ce fut bel et bien la console avec laquelle j’ai passé énormément de temps, au même titre que la WII.

Je me rappelle encore que de temps à autre je ramenais une télé et ma console chez un ami pour qu’on se fasse des « LAN » sur des jeux PS3. On a joué à Resident Evil 5, Lost Planet 2 et autres jeux en ligne, mais dans la même pièce. Car oui, dans cet article, j’ai complètement omis de vous parler des jeux PC. Je ne vous en parlerais pas car c’est vraiment très long.

En parallèle, j’ai acheté la WII U pour faire plaisir à mon ex et pour refaire The Legend of Zelda : Wind Waker HD. Mais je pense que ce fut la console auquel j’ai le moins jouer de toute ma vie. Elle n’était pas si intéressante à mes yeux. La majorité de ce qui m’intéressait était sorti sur WII et je me suis retrouvé avec 10 jeux à tout casser. Bref, une petite perte d’argent. Car oui, je ne revends jamais mes consoles, ni mes jeux. Ne me demandez pas pourquoi, mais chaque jeu est important à mes yeux et les revendre me briserait le coeur.

Du côté des consoles portables, j’ai débuté ma vie d’adulte avec la 3DS et cette fois promis, j’ai acheté mes jeux. J’ai beaucoup aimé la série des Professeur Layton mais cela annonçait aussi le retour sur les jeux Pokemon. Car oui, j’ai joué à Pokemon Noir et Blanc depuis ma 3DS (et bien des mois après la sortie du jeu). Je n’ai cependant pas fait Noir et Blanc 2. Suite à cela, j’ai adoré X et Y qui restent pour moi un certains retour en fanfare dans la série. Malgré ça, ce fut une console qui m’a accompagnée dans de nombreux voyages (et plus particulièrement au japon hahaha).

 

Aujourd’hui

Aujourd’hui, vous savez plus ou moins ce que je fais si vous lisez mon blog et que vous me suivez sur Twitter. Je suis actuellement en possession d’une PS4, d’une Switch et de mon PC. Sur PS4, je joue à beaucoup de jeux divers et variés et ma maladie des précédentes générations continue. J’achète plus que ce que je joue. Du coup, si vous avez suivi l’année dernière, j’avais fait mon #2019Gaming avec tous les jeux terminés. Cela me permettait de voir combien de jeu j’arrivais à faire dans une année.

Sinon, je reste fan de RPG. La PS4 m’a permis de jouer aux Tales Of, Persona 5, Final Fantasy et autres jeux que j’adore. Tel la série Assassin’s Creed, Metal Gear, Resident Evil ect … Quand j’écris ça, je sais qu’une nouvelle Playstation sera bientôt annoncée et je ne sais pas ce que le futur réserve. J’espère juste que le RPG japonais restera sur le devant de la scène chez Sony et que de nouveaux Kingdom Hearts fassent leur apparition.

Concernant la Switch, c’est une console que j’adore particulièrement. Je retrouve l’esprit de la 3DS mais cela me permet de continuer mes aventures n’importe ou. Actuellement, j’adore jouer à Pokemon, Bayonetta et Fire Emblem Three Houses. Dans quelques jours sort Tokyo Mirage Session : Fe Encore. Jeu que j’avais commencé sur la Wii U mais que j’avais délaissé à la vue de la console mourante. Mais cette fois promis, je le termine (surtout qu’il sera en français).

Sinon mon PC … Il commence à se faire un peu vieux. Il faudrait que je prévoie de lui donner une nouvelle vie. Je peux encore jouer à Final Fantasy 14 et quelques jeux indés, mais les derniers titres … Bah je peux les oublier. Le titre actuellement qui me fait le plus de l’oeil est Star Citizen. Mais mon PC ne peut vraiment pas le faire tourner.

 

Enfin voilà, vous connaissez un peu mon parcours vidéoludique. C’est très compliquer de faire un article condensé sans rentrer dans les détails de chaque console. Je pourrais vous faire un article bien plus long, mais je ne veux pas vous perdre encore plus. Si vous êtes arrivés jusqu’ici, je vous félicite. Si jamais vous voulez encore d’autres articles qui rentrent encore plus dans les détails de chaque console, n’hésitez pas à me le dire en commentaire, cela me ferait super plaisir de vous raconter d’autres anecdotes liées à mon parcours vidéoludique.

J’espère que cela vous a plu et je vous dis à très bientôt pour un autre article :).