Hero Festival 2019 Grenoble – Interview de Nathalie Bagadey

Hero Festival 2019 Grenoble – Interview de Nathalie Bagadey

30 avril 2019 2 Par Altris

Salut Moussaillon !

J’ai eu l’honneur de pouvoir interviewer Nathalie Bagadey lors du Hero Festival 2019 Grenoble. Comme je vous l’avais déja évoqué, c’est une femme très gentille et très très intéressante. Je vous propose donc de découvrir cette autrice afin que vous découvriez son univers.

Bonne lecture à vous.


Altris : Bonjour Nathalie, merci de m’accorder quelques minutes pour mon blog avec cette interview. Est-ce que tu pourrais te présenter en quelques mots ?

Nathalie : Coucou Jeremy, avec plaisir. Je suis autrice et je tiens beaucoup à ce terme. J’ai même fait un article pour le défendre sur mon blog. Je suis aussi conférencière, depuis peu membre de l’association française des conférenciers professionnels. Je suis également enseignante et je suis maman de 3 enfants. Tout ça m’occupe un peu.

Altris : Effectivement *rigole* il y a pas mal de chose à faire à ce que je vois. J’ai une question, l’ensemble de tes œuvres a été auto-édité, si je ne m’abuse. Tu as sorti un guide qui s’appelle « Auto-édition : à vous de jouer », quels conseils pourrais-tu donner à quelqu’un qui voudrait se lancer dans l’écriture ? Des petits conseils, sans rentrer dans les détails pour que les gens puissent lire le guide, mais tout cela en 2-3 mots ?

Nathalie : Alors, en fait, j’ai commencé par être éditée. J’ai été éditée pour des nouvelles dans deux petites maisons d’éditions. Mais je n’en ai pas été vraiment satisfaite car quand on est édité, on vend son texte et après on n’a plus aucun regard sur la façon dont il est exploité. C’est-à-dire qu’ils n’ont pas le droit de toucher au texte bien sûr. Mais par contre ce sont les éditeurs qui choisissent la couverture, le prix, le calendrier de publication, le nombre d’exemplaires vendus et puis au bout de 6 mois ils peuvent décider de le mettre au pilon, que le livre ne soit plus vendu.

Je ne voulais pas céder mon bébé comme ça, je voulais vraiment garder une main dessus. La chance que j’aie eue c’est que la première maison d’édition a subitement décidé de fermer. Du coup, elle m’a dit : « Est-ce que tu veux que je te publie, comme je te l’avais promis, ton premier roman qui est très bien, pendant les six mois qui restent ou pas ? ». J’ai bien réfléchi et puis j’ai dit non. C’est la que je suis partie en auto-édition. Je ne l’ai jamais regretté. J’ai adoré cette expérience. Il n’empêche que j’ai fait des erreurs, par exemple, je pense a posteriori que le prix de mon premier roman était trop cher, pour un roman auto-édité. Il n’empêche que ça reste mon best-seller, alors finalement, ce n’était pas une erreur trop trop grave.

Mais donc du coup, toutes ces erreurs se sont transformées en conseil pour les débutants, à qui je conseille vraiment l’autoédition. Déjà, l’autoédition avec l’impression à la demande, c’était écologique et ça a un coût ridicule. Je n’ai rien à faire à part préparer un bon texte, le corriger et le mettre en forme. Ensuite je le dépose sur le site d’Amazon, c’est Amazon qui l’imprime et c’est Amazon qui l’envoie. Et ils me reversent 60% des bénéfices. Jamais avec un éditeur j’avais connu ça, tout en me laissant la complète liberté de ce que je veux publier, comment je veux publier, la date, la promotion etc.

Du coup j’ai publié ce guide pratique « Auto-édition : à vous de jouer » qui est à l’heure actuelle sorti de la publication parce qu’il y a eu beaucoup de changements et que je ne veux pas vendre un guide qui ne soit pas en parfaite adéquation avec ce qu’il se passe. Du coup il va ressortir peut-être en Avril ou en Mai, réédité avec la nouvelle version de KDP (NDLR : Amazon Kindle Direct Publishing).

Mais avec tout ça, on s’est beaucoup éloigné de ta question, qui était quel conseil je peux donner. Eh bien, le conseil principal que je donne aux apprentis écrivains c’est d’écrire régulièrement. C’est comme un muscle, l’écriture, plus on y consacre du temps régulièrement, plus c’est facile.

Altris : Autre nouveauté, tu viens de publier « Et si vous réenchantiez votre vie ? » Quel fut le point de départ ? Comment as-tu eu envie d’écrire ce livre ?

Nathalie : Alors en fait, je te l’ai dit, je fais des conférences maintenant. J’ai ai donné une qui s’appelait « Ce petit grain de fantasy qui peut tout changer » et j’ai fait beaucoup de recherche pour cette conférence, sauf que bien sur je ne peux pas parler de tout, en 45 minutes. Du coup, je savais qu’un jour j’écrirai un livre à ce sujet. Ce qui s’est passé, c’est que j’ai reçu dans ma boite mail une annonce d’un concours KDP-Femme Actuelle sur le développement personnel. Le problème, c’était qu’il fallait « rendre sa copie » au 31 Mars. Je savais que c’était impossible… Donc je l’ai fait. *rires*

Altris : Sur la couverture arrière de ton dernier livre « Et si vous réenchantiez votre vie ? » tu indiques que tu es passée d’une vie banale à celle dont tu rêvais. Je suppose que tu parles de la vie d’auteur ? La transition ne fut pas trop compliquée ?

Nathalie : Non justement ce que j’essaie de montrer dans le livre, c’est que ce réenchantement, il ne se concentre pas sur un seul aspect de sa vie. L’idéal est de savoir le trouver dans tous les cas de figure. Donc je parle aussi du réenchantement dans son travail, un travail pas forcément toujours tout rose. Dans sa vie de couple, dans sa vie de famille, quand on va faire les courses.

Moi quand je vais au supermarché, j’ai mon MP3 sur les oreilles, j’écoute « Ruquier et les Grosses Têtes » et je suis bidonnée, alors que je déteste faire les courses. J’ai ainsi réussi à mettre des petites doses de réenchantement dans ma vie au quotidien et c’est ça dont je parle quand je dis « la vie dont j’ai toujours rêvée ». Trop souvent, on rêve de choses externes.

On rêve d’avoir une meilleure carrière, d’avoir plus d’argent, d’avoir le mari idéal, d’avoir des enfants parfaits. Ça n’arrivera jamais. Mais à partir du moment où l’on réalise le bonheur de ce que l’on a déjà et surtout que le bonheur est intérieur, eh bien là, ça rejoint un livre dont j’adore le titre « Ta deuxième vie commence le jour où tu comprends que tu n’en as qu’une ». On n’a qu’une vie, mais il faut bien la vivre et bien en profiter.

Altris : C’est la deuxième fois qu’on se rencontre sur une convention, qu’est ce que tu apprécies lors de ces festivals ? Qu’est ce qui te plait le plus d’être dans une convention ?

Nathalie : Alors j’ai cru que tu allais me demander « Qu’est ce que tu apprécies le plus chez toi ». Alors je vais commencer par ça car j’ai commencé à préparer ma réponse là-dessus *rigole*.

Moi j’adore rencontrer des gens comme toi, avec qui je discute de choses et d’autres. On ne se connaissait pas et maintenant on est potes. On a des points communs et ces point communs-là, ça nous crée des liens. Alors que quand tu es chez toi, derrière ton écran, même si tu as des liens virtuels qui sont aussi forts, c’est quand même tellement mieux en vrai.

Et puis t’en prends plein les yeux dans le Hero Festival. Les cosplays, je n’en ai pas vu beaucoup, mais on est excentré la (NDLR : Effectivement, Nathalie et les auteurs étaient sur un côté de la convention à côté du village médiéval). Mais quand ils ont fait le tour à la fin, j’ai pu faire de magnifiques photos. Je suis admirative du temps passé pour faire les cosplays.

Bref, tu passes beaucoup de temps à admirer, à sourire, à t’enthousiasmer et tout ça ce sont des points que je développe dans mon livre. Alors je viens me ressourcer ici en fait.

Altris : Est-ce que tu aurais éventuellement une indication au sujet du prochain livre que tu vas écrire pour tes lecteurs ? Une petite piste pour donner envie de le lire ?

Nathalie : Clairement, je n’ai absolument pas le choix car j’ai des menaces de mort qui m’attendent dans ma boite mail *rires*. Je dois publier le tome 3 de ma série de fantaisie, étant donné que j’avais déjà promis, enfin que j’avais espéré le sortir pour les Aventuriales de Ménétrol en Septembre.

Vu que j’ai publié « Et si vous réenchantiez votre vie ? » qui est arrivé comme un boulet de canon, j’ai pris du retard. Donc forcément, je ne pourrai pas le sortir en Septembre comme je l’avais prévu.

Par contre, je le sortirai pour Noel, j’espère. Je vais tout faire pour, en tout cas. Il est très attendu et je sais très bien que quand on lit une série, on n’aime pas, comme pour les livres de George R.R. Martin, attendre 107 ans avant d’avoir la suite.

Altris : Passons maintenant à un questionnaire rapide. Tu n’auras que quelques secondes pour répondre. Pas de réflexion, on fait au tac-o-tac. Le livre que tu as préféré écrire ?

Nathalie : Citara, c’est ma série de fantasy.

Altris : Ton auteur préféré en ce moment ?

Nathalie : J.K. Rowling toujours, pour Harry Potter, il n’y a rien à faire. Je n’arrive pas à trouver mieux.

Altris : Magie ou Mythologie ?

Nathalie : Magie.

Altris : Pour l’écriture, manuscrite ou ordinateur ?

Nathalie : Ordinateur, pour le temps gagné tout simplement.

Altris : Grèce ou Écosse ?

Nathalie : Écosse

Altris : L’auteur que tu recommanderais en ce moment ?

Nathalie : Luce Basseterre, une amie qui écrit de la science-fiction, ce qui n’est pas mon genre mais j’ai vraiment aimé. Je ne suis pas la seule à dire que c’est bien ce qu’elle fait, étant donné qu’elle vient d’être publiée aux éditions du livre de poche. Ce qui est un signe que ça marche quand même bien. Et la couverture est juste trop belle.

Altris : Aurais-tu encore un dernier mot pour vendre au mieux tes œuvres pour les gens qui liraient cet article ? La punchline qui pourrait tout changer ?

Nathalie : Eh bien, moi ce que j’ai à cœur c’est d’enchanter la vie des gens. Pas seulement pour un week-end, pour plus longtemps que ça. J’espère que les lecteurs me feront confiance car c’est bien une histoire de confiance. Ils peuvent me « tester » pour pas cher avec des livres en version numérique, c’est souvent ce que je fais quand je ne connais pas un auteur, j’achète en numérique. En général, les lecteurs sont fidèles et ils reviennent.

Altris : Merci beaucoup Nathalie pour cette interview. Merci beaucoup pour ta gentillesse et merci pour tes livres qui sont géniaux.

Nathalie : Et merci pour ta fidélité et ton enthousiasme.


N’hésitez pas à la soutenir en achetant ses livres. Vous les trouverez sur Amazon via le lien suivant.

Livres de Nathalie Bagadey

Sur ce, je vous dit à bientôt pour un autre article.